Your webbrowser is outdated and no longer supported by Microsoft Windows. Please update to a newer browser by downloading one of these free alternatives.

Une alimentation à base de plantes pour un avenir plus durable

Le diabète et le prédiabète sont des maladies qui touchent 11 millions de Canadiens1 et qui, si elles ne sont pas prises en charge, peuvent entraîner des complications graves, notamment d’ordre cardiaque. En fait, les personnes atteintes de diabète sont trois fois plus à risque de succomber à une maladie du cœur.2 Bien souvent, elles présentent également d’autres facteurs de risque, tels que l’obésité, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et la triglycéridémie, qui peuvent entraîner les répercussions suivantes :

  • Obésité : Un excès de poids, surtout autour de l’abdomen, oblige le corps à travailler plus fort pour réguler la pression artérielle, la glycémie et le taux de lipides sanguins, ce qui affecte le bien-être général et le taux d’énergie ;
  • Hypertension : La plupart des personnes diabétiques développent des problèmes d’hypertension artérielle. Le cœur doit alors redoubler d’efforts pour pomper le sang dans le corps, ce qui a pour effet de réduire son efficacité ;
  • Cholestérolémie anormale : Pour être en bonne santé, le cœur a besoin d’un taux élevé de cholestérol à lipoprotéines de haute densité (HDL) et d’un faible taux de cholestérol à lipoprotéines de basse densité (LDL). Le cholestérol de haute densité contribue à éliminer les autres formes de cholestérol de l’organisme, tandis qu’un faible taux de cholestérol de basse densité prévient la formation de dépôts lipidiques dans les artères. Chez la plupart des personnes diabétiques, les taux de cholestérol de haute et de basse densité sont déséquilibrés, ce qui peut accroître la pression artérielle et le risque de maladie du cœur ;
  • Triglycéridémie élevée : Les personnes diabétiques présentent souvent un taux élevé de triglycérides, ce qui peut les exposer à un risque accru de maladies du cœur.

Le rôle de l’alimentation dans la prise en charge du diabète

Que votre client ait reçu un diagnostic de diabète ou qu’il soit simplement à risque, vous pouvez lui venir en aide de différentes façons. 

Si une bonne prise en charge du diabète passe par une approche globale comprenant l’exercice, la surveillance du cholestérol et de la glycémie ainsi qu’une consommation modérée d’alcool, les choix alimentaires que l’on fait peuvent se révéler très efficaces pour prévenir, traiter, voire renverser le diabète de type 2.3 En effet, de plus en plus de preuves indiquent que les personnes à risque ou atteintes de diabète de type 2 bénéficient d’une alimentation végétale composée de légumineuses, de céréales complètes, de légumes et de noix ainsi que d’une consommation limitée, voire inexistante d’aliments raffinés et de produits d’origine animaleiii. Cette constatation est corroborée par les plus récentes recommandations alimentaires canadiennes, qui encouragent la consommation d’une plus grande quantité d’aliments d’origine végétale.

L’adoption d’un régime végétal n’a pas à être difficile ; bien au contraire, il existe des outils qui peuvent vous faciliter la tâche. Pour partir du bon pied, consultez notre Plan hebdomadaire de repas à base de plantes, qui vous aidera à faire découvrir les aliments végétaux à vos clients.

La prise en charge du diabète et l’adoption d’un mode de vie bon pour le cœur n’ont rien d’impossible quand on dispose des informations et du soutien nécessaires.

References

  1. Diabète Canada, What is Diabetes?, 2020. https://www.diabetes.ca/about-diabetes/what-is-diabetes. Consulté le 30 septembre 2020.
  2. Fondation des maladies du cœur, Diabète, 2020. https://www.coeuretavc.ca/maladies-du-coeur/risque-et-prevention/affections-qui-sont-des-facteurs-de-risque/diabete?_ga=2.89015579.1800803483.1602858141-466869808.1602858141. Consulté le 20 septembre 2020.
  3. McMacken M et coll., « A plant-based diet for the prevention and treatment of type 2 diabetes », The Journal of Geriatric Cardiology, 2017, 14(5), p. 342-354. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5466941/. Consulté le 3 septembre 2020.